Le gangster, le flic et l’assassin : nouveau polar coréen au cinéma

Un puissant chef de gang, dont la férocité est redoutée dans le milieu, manque de se faire assassiner par un homme qui prend la fuite sans être identifié. S’il a survécu de justesse à l’attaque, le gangster sait que sa réputation est irrémédiablement endommagée : il doit retrouver l’assassin et le faire payer. De son côté, un inspecteur de police est persuadé que le fameux assassin est l’insaisissable tueur en série nommé « K ». Le flic et le gangster vont alors unir leurs forces pour mettre la main sur l’assassin. Mais si le premier rêve de le voir derrière les barreaux, le deuxième n’a qu’une idée en tête : le voir mourir.

Titre : Le gangster, le flic et l’assassin / 악인전
Réalisateur : Lee Won Tae (이원태)
Sortie : 14 août 2019
Acteurs principaux : 
Ma Dong Seok (마동석) : Jang Dong Soo, le gangster
 Kim Moo Yul (김무열) : Jeong Tae Seok, le flic
 Kim Sung Kyu (김성규) : Kang Kyeong Ho, l’assassin

Critiques

Alex : Avec ce film, on retrouve un polar coréen comme on les aime : très rythmé et beaucoup d’action. Pas d’histoire d’amour, les lovers dans l’âme, passez votre chemin. Une seule chose reste à l’esprit : vengeance ! On retrouve Ma Dong Seok, brut dans un rôle de chef de gang soigné et imposant qu’il incarne avec perfection, et Kim Moo Yul, un flic limite arrogant donnant sa vie pour la justice. Ce duo improbable nous embarquera jusqu’à la dernière seconde dans une traque effrénée pour attraper cet assassin assoiffé de sang qui leur donnera du fil à retordre. Ce film est très prenant et malgré son rythme très intense, il ne manque pas de nous faire rire à plusieurs reprises. On en finit presque par aimer ce duo et oublier leur rivalité.
Je valide ce film et le recommande vivement à tous les amoureux du genre policier et des films d’action.

Anne : Inspiré de faits réels, le film a été présenté en séances de minuit du Festival de Cannes 2019. Malgré certaines scènes violentes, milieu du crime oblige, le film n’est pas un polar sombre et pesant : quelques situations comiques participent à ce détournement du genre. Dans chacune des scènes introduisant les personnages principaux, tous semblent correspondre aux stéréotypes que l’on a d’eux : l’assassin, méthodique et dont les motivations restent mystérieuses ; le flic, intransigeant dans sa lutte contre le crime, quitte à recevoir les réprimandes de ses supérieurs ; et le gangster, impitoyable et toujours entouré de ses fidèles sous-fifres. Pourtant, chacun d’eux va progressivement s’éloigner de cette image cliché, et c’est bien là une des plus grandes forces du film. Sans se pencher sur la psyché profonde de ses protagonistes, le film n’échoue pas à montrer leur différentes facettes, souvent au cours de scènes plus légères qui en disent plus long qu’il n’y paraît sur la personnalité et les motivations des personnages. Le flic comme le gangster sont finalement tous les deux en quête de la même chose et cela ne tient pas qu’à la traque de l’assassin. Le premier, ignoré par sa hiérarchie (corrompue), cherche à faire ses preuves pour être pris au sérieux, tandis que le second doit à tout prix racheter son honneur en montrant que nul ne peut menacer un chef de gang et s’en sortir indemne. Chacun va devoir faire des compromis pour atteindre son but et collaborer avec l’autre malgré ses principes. Car comment se targuer d’être un policier incorruptible alors que l’on échange des informations avec un chef de gang ? Et comment asseoir sa crédibilité en tant que chef de gang implacable alors qu’un flic débarque régulièrement chez soi ?18
C’est ce petit jeu de pouvoir teinté d’ambiguïté et de flirt avec les limites qui tient finalement la place la plus importante dans le film, l’assassin ne devenant entre les deux hommes qu’un moyen de parvenir à leurs fins.

 

Lien pour les images: https://www.metrofilms.com/films/gangster-the-cop-the-devil-the