Inyeon (인연): le fil du destin

En Corée du Sud, le mot inyeon (인연) renvoie au lien qui unit deux personnes et à la connexion émotionnelle entre ces individus. C’est un terme qui ne possède aucun équivalent dans la langue française, et qui mérite de ce fait de se voir expliquer plus en détail. 

Des raccourcis sont souvent faits en ce qui concerne l’inyeon : du fait de l’impossibilité de le traduire directement en français et en anglais, on considère que le mot le plus proche de son sens originel est ‘destin’ (fate en anglais). Cela sous-entend que deux personnes, quelles qu’elles soient, sont amenées à croiser un jour le chemin de l’autre d’une manière ou d’une autre. Le mot n’est pas propre aux relations amoureuses, bien qu’il soit souvent employé en ce qui concerne les couples mariés. En effet, il trouve également tout son sens dans le cadre platonique. On considère d’ailleurs que la famille au sens large, englobant de ce fait les ancêtres éloignés, serait la manifestation la plus importante de l’inyeon. Le dicton affirme que l’on ne choisit pas sa famille ; avec le concept de l’inyeon, c’est finalement comme si l’univers la choisissait pour nous. 

La définition du mot se veut relativement neutre. Le dictionnaire coréen-anglais Naver fait surtout état de cette connexion s’exprimant dans un contexte relationnel. Cette connexion est donc à concevoir comme étant le fruit du destin, amenant plusieurs individus à se côtoyer. Cependant, inyeon ne signifie pas littéralement ‘destin’ ; en réalité, les Coréens lui préfèrent le terme unmyeong (운명) pour renvoyer à cette idée d’une puissance supérieure fixant de manière irrévocable le cours des choses.

Au cours d’un live, RM, leader du groupe BTS, a lui-même fait usage du terme afin de définir sa relation avec les 6 autres membres du groupe. Quand on connaît son talent de lyriciste, on devine que l’emploi du mot est mûrement réfléchi. Il se confie ainsi devant la caméra :

« À travers la musique, les performances, nous avons le loisir d’être quelque chose – on appelle cela inyeon en coréen– mais nous sommes devenus quelque chose, une relation. »

Il est vrai que quand on pense à la manière dont s’est formé le groupe, et au fait que Jungkook a affirmé avoir rejoint Big Hit Entertainment suite à la forte impression laissée par RM, l’inyeon qui les unit tous les deux est plus qu’évident. Dans la chanson du groupe intitulée 상남 (Boy In Luv, de son titre en anglais) issue de l’album Skool Luv Affair, une référence directe est faite par RM afin d’évoquer le concept par le biais d’un jeu de mots :

거꾸로 뒤집을껴, 인연을 연인으로

I’ll flip it around, from friends to lovers

(Je vais la renverser [sous-entendu, la tendance], d’amis à amoureux)

Ici, si l’on se base sur la traduction anglaise, inyeon renvoie au mot friends (« amis »). De la même manière, yeonin (연인) renvoie au mot lovers. En effet, inyeon à l’envers devient yeonin, d’où le jeu de mots employé par le leader. 

En Corée du Sud, même les rencontres les plus triviales sont considérées comme relevant du destin. Chaque personne que l’on rencontre et qui est amenée à jouer un rôle dans notre vie, mineur ou majeur, est un petit point rouge sur le tableau qui constitue l’ensemble de notre personne. La culture coréenne veut qu’un individu soit vraisemblablement la somme de toutes les rencontres qu’il a pu faire par le passé et qu’il continuera de faire dans le futur. Cela prend indirectement le contrepied de la croyance selon laquelle chaque individu n’aurait qu’une seule et unique âme-sœur : avec l’inyeon, c’est une nouvelle perspective qui s’offre, selon laquelle nos âmes-sœurs sont partout dans nos vies. C’est à la fois tout le monde et personne. Toute rencontre est donc pleine de sens.

Une légende raconte que l’esprit d’une grand-mère –les grand-mères possédant une place fondamentale au sein de la culture coréenne— serait la personnification de ce concept d’inyeon. Selon l’histoire, la grand-mère en question attacherait un fil rouge au doigt de chaque nouveau-né, le déroulant pendant toute la durée de la vie de l’individu, et l’attachant à chaque personne à laquelle il serait liée par un inyeon jusqu’à ce qu’il rencontre la personne qu’il est destiné à aimer pour toujours.

L’idée est similaire en ce qui concerne un très célèbre mythe d’Asie de l’Est, celui du Red Thread of Fate (littéralement, fil rouge du destin). Au Japon, ce concept est appelé akai ito et fait son apparition dans un certain nombre de mangas. En Chine, ce serait le dieu Yue Xia Lao qui serait responsable de lier les destins entre individus.

On raconte également que les personnes liées par un inyeon dans le présent seraient potentiellement des personnes rencontrées lors de vies antérieures, selon les croyances hindous et bouddhistes. Il s’agirait donc d’un procédé cyclique, nous ramenant à cette idée de cours inévitable. Les individus qui partagent une connexion particulière, s’apparentant au concept d’inyeon, seraient ainsi destinés à se rencontrer peu importe les circonstances.

Cependant, une nuance est apportée à cette idée approximative de destin : pour trouver la personne avec laquelle il finira sa vie, il ne suffit pas à l’individu de laisser faire les choses. Au contraire, il lui faut surveiller le fil et prendre au sérieux l’entièreté des interactions dont il fait l’objet, sans quoi, il risque de perdre la chance de trouver son autre moitié. 

On peut trouver de l’inyeon partout si l’on veut bien en voir, et ce, même dans le simple frôlement de manches (옷깃만 스쳐도 인연), la maxime rappelant ainsi que même les rencontres qui paraissent insignifiantes de prime abord possèdent leur importance. La morale de ce concept est peut-être qu’il faut veiller à étendre de la compassion à tous, en ce que l’on ignore ce que nous réserve l’univers. Selon moi, il s’agit ainsi d’accorder davantage d’importance au chemin qui nous mène vers autrui plutôt qu’à la consécration finale qu’est l’union.

Cette idée d’inyeon comme manifestation du destin n’est pas inconnue du domaine artistique. L’artiste Kyung Hee ‘Kate’ Im a réalisé en 2021 une œuvre intitulée « Inyeon (Fate) », reprenant cette idée de fil rouge représentatif du chemin de vie parcouru.

 

Parallèlement, dans son livre Beasts of a Little Land, Juhea Kim évoque cette notion de manière subtile, sans référence directe au terme.

« Partout autour d’eux, la vie se déroulait à leur insu, et leur vie se déroulait aussi en présence de tout le reste. Toutes les existences se touchaient avec légèreté comme l’air et laissaient des empreintes invisibles. »

Elle tisse implicitement la métaphore du fil rouge en employant le verbe ‘dérouler’.

Ainsi, même les rencontres ordinaires revêtent une portée symbolique et sont capables d’altérer, même un minimum, le cours de la vie d’un individu…

Aurore (04.11.22)

Sources :

https://speakingkonglish-blog-blog.tumblr.com/post/4186910921/in-yeon-korean-destiny

https://sofietokorea.com/2016/07/28/my-favorite-korean-word/

https://keia.org/the-peninsula/ten-korean-words-that-dont-exist-in-english/

https://kyungheeim.com/2021/06/04/inyeon-fate/

https://www.instagram.com/p/CPGkTWDqXmR/?utm_source=ig_web_copy_link

Traduction des chansons: https://doolsetbangtan.wordpress.com/2019/04/10/boy-in-luv/

Photos: https://kyungheeim.com/2021/06/05/inyeon-fate-2/