Une tranche de vie par Gu Byeong-mo (구병모)

Gu Byeong-mo (구병모) est une romancière sud-coréenne née à Séoul (서울) en 1976. Son premier livre Les petits pains de la lune (Titre original : Wizard Bakery) a été traduit en français et édité en 2009.

L’auteure a, pour moi, un style vraiment particulier. En effet, en voyant le titre de ce premier livre je me suis dit « Chouette un livre facile à lire, plein de légèreté et d’optimisme ! ». Eh bien non ! Figurez-vous que notre romancière n’est pas du genre à mettre des paillettes dans votre vie. Si vous cherchiez une douceur dans laquelle mordre et vous retrouver dans une histoire pleine de magie, passez votre chemin et revenez lorsque vous voudrez voir une portion de vie comme jamais on ne vous l’a présentée.

 

Les petits pains de la pleine lune raconte la vie d’un adolescent marqué d’abord par son abandon dans une gare, la mort violente de sa mère mais également par le harcèlement que lui fait subir sa belle-mère. Ce jeune homme tente tant bien que mal de vivre sa vie le plus discrètement possible en nourrissant l’espoir qu’au jour de ses 18 ans, il pourra prendre son indépendance. C’est sans compter cet affreux épisode qui le force à fuir la maison. Dans sa fuite, il se retrouve dans une boulangerie, la fameuse « Wizard Bakery », où il fait la rencontre d’une fille oiseau et d’un pâtissier bien intriguant qui acceptent de l’aider sans chercher à savoir pourquoi il fuit. En arrivant dans cette pâtisserie, notre héros se retrouve dans un monde plein de magie qui se révèle bien plus effrayant qu’il n’y paraît. En effet, son protecteur se trouve être un sorcier qui offre des gâteaux au pouvoir particulier, qu’il vend sur internet. Ses pâtisseries vous offrent des solutions magiques à vos problèmes, en passant du « Flan porte bonheur » au « Gâteau vaudou ». Toutefois il est important de se souvenir que toute utilisation de magie peut entraîner un retour de bâton. Voilà l’endroit où notre héros va évoluer un certain temps. Il y apprendra qu’il y a des revers à être un sorcier, même les bonnes intentions peuvent vous mener à des blessures profondes. Il y croisera des personnes tellement désespérées que leur dernier espoir est la sorcellerie, mais il verra aussi des personnes mal intentionnées et parfois de mauvaise foi. C’est pourtant l’endroit qui lui apporte réconfort et chaleur. Puis vient le jour de la séparation : le pâtissier sorcier lui offre comme cadeau de départ un gâteau « de la seconde chance ». Il lui permettra de remonter le temps jusqu’à l’instant souhaité. Mais la mise en garde demeure toujours : « N’oublie pas que l’usage de la magie n’est pas anodin, que tout changement à un impact sur l’univers en général ».

 

J’ai eu du mal à lâcher ce roman, tant pour son atmosphère magique que son contenu criant de vérité. La vie n’est pas aussi douce qu’un petit pain de la pleine lune ; même les choses sucrées peuvent vous laisser un goût amer. Ce qui m’a le plus plu, je pense, c’est la fin pour laquelle l’auteure nous offre deux possibilités. Celles-ci soulignent bien les conséquences que nos choix ont sur nos vies.

C’est un roman qui n’est pas à prendre à la légère, il s’agit d’une leçon de vie. Tout n’est pas rose et nos vies seront à l’image des choix que nous faisons. 

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, je n’en n’ai fait qu’une bouchée. J’espère qu’il vous parlera autant qu’à moi. Et comme je suis généreuse, je partage avec vous un extrait ici.

 

En attendant, je vous souhaite de bonnes lectures.

Valérie-Anne RTM

 

Sources et crédits photos : http://www.editions-picquier.com & https://www.librairielephenix.fr